Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

25/12/2010

Du Grand Palais aux Invalides.

La semaine dernière,  profitant d'une accalmie climatique sur l'île de France entre deux chutes de neige, votre blog Russie en Roulettes a débuté sa journée par la visite de l'exposition Monet au Grand Palais. Outre cette exposition exceptionnelle, ce qui surprend, ce sont les efforts faits pour rendre le Grand Palais accessible aux visiteurs handicapés. On peut observer d'ailleurs que c'est le cas d'un grand nombre de musées en France. Y aurait-il une volonté politique réelle dans le domaine de la culture et du tourisme? Alors que pour  les autres domaines de la vie sociale l'accessibilité est loin d’être une priorité malgré la loi de 2005.
Risquons quelques hypothèses pour tenter d'expliquer les efforts faits depuis des années pour l'accessibilité dans le domaine du tourisme et de culture en France pour le voyageur  en situation de handicap.
Tout d'abord, un rappel économique et statistique : de nouveau en 2010  la France devrait être la première destination touristique au monde. La part économique du tourisme russe en France est significative.
Ensuite, un rappel de vocabulaire, mon dictionnaire Larousse donne comme définition du  mot apparence : ce qui se présente immédiatement à la vue où  à l'esprit. Toutefois, les apparences sont parfois trompeuses car le quotidien est tout autre.

Après l’exposition Monet, vous pouvez traverser le Pont Alexandre III, mon pont préféré de Paris, pour vous rendre au musée de l’Armée aux Invalides pour découvrir l’exposition : Au service des Tsars la garde impériale russe de Pierre le Grand à la révolution d’Octobre.  Cette exposition regroupe, entre autres, des uniformes d’officiers, des drapeaux, des étendards et des fanions… Comme l’écrit M.B. Piotrovsky Directeur du Musée de l’Ermitage dans sa préface du catalogue de l’exposition : La présente manifestation offre plusieurs particularités nouvelles. Parmi elles, la participation du musée du régiment des cosaques de SM l’empereur. Car les membres de la garde Impériale russe, en quittant leur Patrie pour combattre la Révolution, n’ont pas emporté avec eux de l’argent ni des bijoux, mais les emblèmes et les reliques de leur régiment, témoins de leur histoire.

Cette exposition réalisée dans le cadre de l’année France Russie 2010, est aussi une illustration  de la culture et de l’histoire russe, à visiter impérativement  avant le 23 janvier 2011.