Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

22/11/2009

Emploi des Travailleurs handicapés France ou Russie?



En Russie, comme en France, l’emploi des personnes handicapées apparaît souvent dans le discours politique et médiatique. On aime en souligner l'importance pour l'intégration dans la société.

En France du 16 au 22 novembre 2009, se déroulait la 13ème semaine pour l'emploi des personnes handicapées. À cette occasion  on a rappelé  à travers des reportages,  des articles dans la presse, la législation française  et l’obligation pour toute entreprise de plus de 20 salariés d’avoir au moins 6 % de travailleurs handicapés dans son effectif. On n'a pas échappé au reportage sur l’entreprise méritante, ou à l'article de presse. En réalité cette semaine pour l'emploi des personnes handicapées est une Tartufferie. En effet, le chiffre de 6 % peut être atteint sans nécessairement réaliser une embauche directe.
Parmi les méthodes qui permettent à une entreprise de diminuer sa contribution à l’AGEFIPH et ce dans la limite de 2% de l'effectif total des salariés, l'entreprise peut avoir   recours aux stagiaires reconnus travailleurs handicapés. Comme les jeunes diplômés stagiaires de  «Génération Précaire » les travailleurs en situation de handicap n’y échappent pas. Autre technique: la formation et la sensibilisation de l'ensemble des salariés de l'entreprise dans le cadre de l'embauche ou du maintien dans l'emploi de travailleurs handicapés.

Le secteur public est lui aussi tenu à l'obligation d'emploi. A ce jour, pour  le conseil régional d’Île-de-France, le chiffre d'emploi des personnes handicapées serait de 1 %, chiffre confirmé par un ami de Russie en Roulettes Jean-Luc Romero conseiller régional d’Île-de-France.
A la veille des élections régionales 2010, il serait opportun, que les franciliens qui vont être appelés aux urnes, sachent si le Conseil Régional d’Ile de France va enfin se décider à embaucher des travailleurs handicapés, comme la loi l’y oblige, ou s’il se contente de payer sa contribution pour les emplois manquants au FIFHFP.