Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

20/05/2012

I Love Démocracy

Année 2012, année démocratique !  La démocratie se cherche. Cette année une vingtaine de pays vont changer d’équipe dirigeante. C’est en partant de ce constat que la chaîne de télévision Arte  diffuse une série d’émissions sous le titre I  Love  Démocracy.
En Russie Vladimir Poutine est de retour. En France, 51,62%  des voix se sont portées sur François Hollande qui devient ainsi  le 7ème Président de la Vème République. C’est le retour d’un Président socialiste après François Mitterrand. Mais pas seulement. C’est l’arrivée d’un homme normal. Etonnant  qualificatif. Une campagne et une victoire  politique avec comme thème l’homme normal.
En 2007, c’était  la  bravitude  de la candidate socialiste Ségolène Royal, Cela pouvait avoir du sens. D’accord pour la bravitude ! Mais non à la normalitude,comme mot de l’année 2012 ! C’est même plutôt inquiétant. Quelle peut être la place des personnes handicapées dans une societé où 51,62  % des voix se portent sur un candidat  normal ?
 Bon, mais I  Love  Démocracy !

11/06/2011

Chanter Brassens !

Pour avoir chanté Hécatombe,  la chanson de Georges Brassens, alors que des policiers passaient sous son balcon,  un gars de Rennes,  vient d’être condamné à payer  200 Euros d’amende et effectuer 40 heures de travail d’intérêt général. Paradoxe, en ce moment et jusqu’au 21 août 2011 se déroule à la cité de la musique   une exposition intitulée Brassens ou la Liberté.
A quelques jours de la 30ème fête de la musique, prévue le 21 juin 2011,  cette surprenante décision de justice du tribunal correctionnel de Cherbourg,  a suscité un mouvement de soutien. Après une mobilisation lancée sur internet, des contestataires toulousains ont manifesté devant le commissariat de la ville rose en chantant le 4ème couplet de la chanson de Brassens. Interpellations, convocations, auditions…
Alors, attention, si vous participez à la 30ème fête de la musique choisissez bien votre répertoire !

Aujourd’hui face à cette privation de liberté nous sommes tous en situation de handicap.
Heureusement, autour de l’exposition Brassens ou la Liberté  la cité de la musique,   propose comme toujours,  un ensemble d’adaptations et d’activités aux différents types de handicap. Que vous soyez en fauteuil roulant, malentendant, ou déficient visuel n’hésitez pas à vous rendre à la cité de la musique.
 Russie en Roulettes rappelait récemment l’importance de l’expression artistique dans la société. De nombreuses écoles de la République  portent le nom de  Georges Brassens, il en existe même une en Tunisie, faudra-t-il bientôt les débaptiser ?
La renommée du poète Sétois  a largement dépassée  la France. On  trouve même des interprétations des chansons de Georges Brassens en Russe. Russie en Roulettes vous propose d’écouter Brave Margot en Russe.

08/05/2011

Le Journal d’une Autre.

Au théâtre ce soir là, face à un décor minimaliste, trois tabourets, une table recouverte de livres, le thème semble déjà suggéré. C’est une histoire de femmes Lydia Tchoukovskaïa rend visite à Anna Akhmatova. La Russie au cœur de la terreur stalinienne. Anna Akhmatova  1889-1966 grande poétesse russe est  interdite de publication.
 La censure, la privation de liberté. Alors comment Anna a-t-elle contourné ce handicap ? Par quelle stratégie d’adaptation, sa création littéraire a-t-elle pu s’enrichir et  comment son œuvre  nous est elle  parvenue ?
Anna Akhmatova écrit ses vers pour ses amis, ils les apprennent, puis elle les brûle.
C’est en s’appuyant sur le collectif que son œuvre majeure Réquiem a pu ainsi se transmettre  et  être publiée  en 1988.
C’est au contact de ses contemporains, mais aussi de la ville de Saint Pétersbourg, ou Léningrad, qu’Anna puisse son inspiration. La littérature russe est née avec l’apparition de Saint Pétersbourg, la ville de Pouchkine.

25/12/2010

Du Grand Palais aux Invalides.

La semaine dernière,  profitant d'une accalmie climatique sur l'île de France entre deux chutes de neige, votre blog Russie en Roulettes a débuté sa journée par la visite de l'exposition Monet au Grand Palais. Outre cette exposition exceptionnelle, ce qui surprend, ce sont les efforts faits pour rendre le Grand Palais accessible aux visiteurs handicapés. On peut observer d'ailleurs que c'est le cas d'un grand nombre de musées en France. Y aurait-il une volonté politique réelle dans le domaine de la culture et du tourisme? Alors que pour  les autres domaines de la vie sociale l'accessibilité est loin d’être une priorité malgré la loi de 2005.
Risquons quelques hypothèses pour tenter d'expliquer les efforts faits depuis des années pour l'accessibilité dans le domaine du tourisme et de culture en France pour le voyageur  en situation de handicap.
Tout d'abord, un rappel économique et statistique : de nouveau en 2010  la France devrait être la première destination touristique au monde. La part économique du tourisme russe en France est significative.
Ensuite, un rappel de vocabulaire, mon dictionnaire Larousse donne comme définition du  mot apparence : ce qui se présente immédiatement à la vue où  à l'esprit. Toutefois, les apparences sont parfois trompeuses car le quotidien est tout autre.

Après l’exposition Monet, vous pouvez traverser le Pont Alexandre III, mon pont préféré de Paris, pour vous rendre au musée de l’Armée aux Invalides pour découvrir l’exposition : Au service des Tsars la garde impériale russe de Pierre le Grand à la révolution d’Octobre.  Cette exposition regroupe, entre autres, des uniformes d’officiers, des drapeaux, des étendards et des fanions… Comme l’écrit M.B. Piotrovsky Directeur du Musée de l’Ermitage dans sa préface du catalogue de l’exposition : La présente manifestation offre plusieurs particularités nouvelles. Parmi elles, la participation du musée du régiment des cosaques de SM l’empereur. Car les membres de la garde Impériale russe, en quittant leur Patrie pour combattre la Révolution, n’ont pas emporté avec eux de l’argent ni des bijoux, mais les emblèmes et les reliques de leur régiment, témoins de leur histoire.

Cette exposition réalisée dans le cadre de l’année France Russie 2010, est aussi une illustration  de la culture et de l’histoire russe, à visiter impérativement  avant le 23 janvier 2011.