Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

22/11/2008

Handicapés : Formation des Etudiants en Ergothérapie et des Infirmiers en Russie.

Le regard de la société Russe sur les personnes handicapées change. L'intégration des personnes handicapées en Russie ne peut être réussie que par une formation adaptée des étudiants en ergothérapie et des infirmiers. Il est très difficile de changer les attitudes des médecins et des soignants  Russes,  confinant  les personnes handicapées dans un rôle passif, les empêchant  d’être acteur de leur rééducation. Face à ce constat, la revue internationale de recherche sur la rééducation n° 23  décrit une étude menée dans les instituts de  médecine, de Volgograd, et  de Moscou. Trois groupes d’étudiants en ergothérapie et d’infirmiers stagiaires ont été sélectionnés. Deux groupes à l’Ecole de Formation de Volgograd et un groupe à l’Ecole de Formation à Moscou. A Volgograd un premier  groupe a bénéficié d’une formation particulière,  entièrement organisée et dispensée par des professeurs handicapés.  Dans ce cursus,  on  amène les étudiants Russes à comparer la méthode strictement médicale traditionnelle en Russie et les méthodes de rééducation et de soins déjà utilisés dans d’autres pays. Le cursus comporte également des séances  de réflexion et d’analyse  des préjugés et stéréotypes répandus dans la société Russe,   induits notamment, par le langage,  pour trouver des moyens d’y remédier. Le deuxième groupe d’étudiants de Volgograd a suivi le cursus habituel, mais ils  étaient informés que d’autres étudiants suivaient un cursus différent. Ils ont pu constaté la présence de professeurs handicapés, ce  qui  a été à l’origine de modifications de l’accessibilité de l’établissement. Le  groupe  de l’institut de Moscou, a  lui, suivi un cursus traditionnel, les étudiants n’ayant pas connaissance de l’expérience menée à Volgograd. Le résultat montre que le premier groupe de Volgograd a fortement modifié  les représentations qu’il avait et le regard porté sur les personnes handicapées s’en est trouvé modifié. Pour le deuxième groupe un changement est observé mais il n’est que minime. Quant aux étudiants de Moscou, aucune modification  de leur attitude et de leurs préjugés face au handicap.

08/11/2008

Adoption d'Enfants Handicapés en Russie.

L'adoption internationale  d'enfants est parfois le choix d'hommes et de femmes souhaitant devenir parents. La Russie serait, selon un récent article du Figaro, un pays encourageant l'adoption d'enfants Russes, en situation de handicap. En Russie,  la procédure d'adoption d'enfants handicapés ou administrativement dénommés enfants «à particularité» est facilitée par  des organismes autorisés à l'adoption. Médecins du monde, premier organisme autorisé à l'adoption  en France revendique : «En 2007, sur les 214 adoptions qu'il a réalisées, pas moins de 33 ont concerné des enfants, à particularité, soit 18 %. ». Pourquoi ne pas favoriser la coopération Franco-Russe, les échanges de savoir  dans le domaine de l'enfance handicapée en Russie ? Malheureusement des enjeux économiques semblent prévaloir.

07/10/2008

Crise Financière en Russie.

La crise financière des bourses mondiales a aussi des conséquences en Russie. Selon un récent sondage réalisé le 6 octobre 2008 41 % des Russes appréhendent les conséquences négatives de la crise sur leur vie quotidienne. Dans cette crise ce sont les personnes en situation de handicap qui seront les premières touchées. En France le conseil d'administration de l'Agefiph (Association de gestion du fonds pour l'insertion professionnelle des personnes handicapées) s'oppose « à la volonté du gouvernement de prélever 50 millions d'euros sur les ressources du fonds pour équilibrer les recettes de la loi de finances 2009 »,  Composé de représentants des organisations syndicales et patronales, du secteur associatif, et de personnalités qualifiées nommées par l'État, le conseil d'administration de l'Agefiph demande « unanimement » au gouvernement de renoncer à ce projet.  Le conseil d'administration a décidé d'adresser une lettre ouverte au gouvernement et aux parlementaires, dans laquelle il déplore « l'application unilatérale et sans concertation de cette ponction ». Un prélèvement de 50 millions d'euros représente environ 10% du budget annuel de l'Agefiph. « Ces moyens, qui auraient pu contribuer à former 28 000 demandeurs d'emploi handicapés supplémentaires, vont se transformer en dépense passive sans une formation de plus.»

21/09/2008

Utilisation Russe des BASM ?


Samedi 27 septembre 2008 handicap international organise la 14e pyramide de chaussures contre l'utilisation dans les conflits des bombes à sous-munitions. La Russie serait selon une étude  d’handicap international  parmi les pays producteurs et utilisateurs de BASM. Depuis 1995 handicap international milite pour l'adoption d'un traité interdisant l'utilisation des BASM. La conférence de Dublin du 19 au 28 mai 2008 a vu 107 états adopter le texte interdisant les BASM. La Russie a déclaré en novembre 2007 qu’elle ne soutiendrait pas un instrument juridique qui réduirait sa capacité de défense. Les BASM pendant et après les conflits touchent à 98 % la population civile (source handicap international). À l'exception de la Russie : les États-Unis, la Chine, l’inde, le Brésil, Israël et le Pakistan n'ont pas souhaité rejoindre le processus initié à Oslo  en 2007 pour l'interdiction des BASM. Si la déclaration de la Russie en novembre 2007 est légitime, Russie en Roulettes espère néanmoins, une ouverture de la diplomatie Russe. En effet  les mines antipersonnel  et les BASM sont causes de handicap. Handicap international agit d'ailleurs en Russie depuis 2000 avec des programmes spécifiques dans les villes de Moscou, Perm, Pskov, en soutien d'associations locales. En Tchétchénie également avec l'envoi de fauteuils roulants