Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

25/10/2009

Avant Première : LE CONCERT de Radu Mihaileanu


Russie en Roulettes, blog dans l'actualité a assisté à l'avant-première du film LE CONCERT. La projection du film qui sortira  le 4 novembre 2009, était suivie d'un débat avec le réalisateur Radu Mihaileanu. Le Concert illustre une période de l'histoire russe. À l’époque de Brejnev, Andreï Filipov était le plus grand chef d’orchestre d’Union soviétique et dirigeait le célèbre Orchestre du Bolchoï. Mais après avoir refusé de se séparer de ses musiciens juifs, dont son meilleur ami Sacha, il a été licencié en pleine gloire. Trente ans plus tard, il travaille toujours au Bolchoï mais… comme homme de ménage.
Un soir, alors qu’Andreï est resté très tard pour astiquer le bureau du maître des lieux, il tombe sur un fax adressé à la direction du Bolchoï : il s’agit d’une invitation du Théâtre du Châtelet conviant l’orchestre officiel à venir jouer à Paris… Soudain, Andreï a une idée de folie : pourquoi ne pas réunir ses anciens copains musiciens, qui vivent aujourd’hui de petits boulots, et les emmener à Paris, en les faisant passer pour le Bolchoï ? L’occasion tant attendue de prendre enfin leur revanche…
Par certains aspects le film peut paraître  rocambolesque et peu crédible. On n’échappe  parfois pas à un certain cliché. Avant 2010, Année de la Russie en France,  Le Concert est l'occasion, pour le public français de découvrir  des acteurs Russes : Alexeï Guskov, Dimitri Nazarov, Valeri Barinov, Anna Kamenkova Pavlova, Lionel Abelanski, Alexander Komissarov,  pour ceux qui étudient le Russe c'est l'opportunité d'un film grand au public en version originale. Le Concert est aussi interprété  par Mélanie Laurent, François Berléand., Miou Miou. L’autre  vedette du film est sans aucun doute  la musique, en particulier  le concerto pour violon opus 35 de Tchaïkovski. Pour le réalisateur,
« ce concerto est une métaphore, un dialogue entre l’individu et la collectivité, entre le présent et le passé ». La scène finale, magnifique, repose sur  le concerto. Le scénario, remarquablement bien construit, confirme  le talent de   Radu Mihaileanu. 

Les commentaires sont fermés.